30/01/2013

En Syrie, les Anonymous :.

Aux cotés des « Syrian Hackers »

Témoignage atypique… allons y… comment se retrouve t on dans cette spirale addictive du hacking… rien de bien sorcier. Des engagements anciens, Génération Précaire, Jeudi Noir, Sauvons les riches, La France qui se lève tôt… un ancrage assumé à gauche et persévérant. A cela s’ajoute une activité au sein du Mouvement Pugwash. Quelques années au poste stratégique de secrétaire général de cette antichambre des affaires internationales, nobélisée en 1995… il y eu des grands noms la dedans… Charpak, Curie, Aubrac, mais aussi des engagés Jean-Jacques Salomon, Roth et des hommes de l’ombre. On se fait alors du réseau au sein des groupes nationaux… évidemment dans ceux qui sont en activités, Iran, Irak, Pakistan, monde Arabe… On va dans des petites réunions et on se trouve face à des « responsables »… L’un d’entre eux me glaça les sangs dans une réunion à huit clôt à l’Académie des Sciences. A l’époque, je devais avoir moins de 30 ans, je voyais face à moi la face dégarnie de James Woosley, un dirigeant de la CIA… là, donc j’ai fait mes premières armes dans cette petite cuisines ou de petits chimistes internationaux parlaient de terrorisme, de conflits chauds ou froid, de risque radiatif… On y parlait surtout d’une éthique sur des éléments ou rarement on parlait de ce concept. En fait, à Pugwash, on allait plus loin, on l’appliquait… rien de tel de que laminer des pourris avec des valeurs vraies… voilà, un premier socle…

la suite sur 

http://www.resonews.com/496-les-anonymous

Ci-dessous, the blood river (Facebook Syrian Revolution)... les exactions des pro-assad sont de l'ordre du crime de guerre systématisé

Les commentaires sont fermés.